News Center

SBL Cup Events 29.01.2018

SBL Cup : Olympic et Elfic sacrés

Le Final Four de la SBL Cup a souri aux équipes fribourgeoises. Olympic a cueilli à Clarens/Montreux la cinquième Coupe de la Ligue de son histoire, la première depuis 2010, en battant Lugano 93-86 après prolongation en finale. Elfic a dominé Portes du Soleil Troistorrents 77-63 dans la finale dames.

S'il s'agit d'un troisième sacre consécutif pour les Elfes dans cette compétition, le soulagement est de mise du côté d'Olympic. Le club du président Philippe De Gottrau restait en effet sur six finales perdues successivement en SBL Cup. "J'avais ce chiffre dans un coin de ma tête, d'autant plus que j'en avais perdu moi-même deux", a souligné l'ailier-fort d'Olympic Natan Jurkovitz. "C'est beau d'avoir gagné, surtout de cette manière."

Lugano craque en prolongation

Cette finale aura tenu toutes ses promesses. Adroit à 3 points pendant les trois premiers quart-temps (11/26 après 30' de jeu, mais 12/33 au final dans cet exercice), Lugano a pu penser avoir fait la différence lorsqu'il prenait sept longueurs à la 27e minute (58-65). Tout comme Olympic s'est peut-être déjà vu triompher lorsqu'il menait de cinq points à 2'47'' du "buzzer" (79-74). Mais tout s'est finalement joué en prolongation.

Et les Lugano Tigers ont craqué dans ces cinq minutes de jeu supplémentaires, n'inscrivant pas le moindre panier sur une action de jeu. Supérieur sur le plan physique, Olympic a passé l'épaule notamment grâce à la hargne de Natan Jurkovitz, auteur de 6 points et 5 rebonds en prolongation. "Nous avons été menés quasiment tout le match. On se demandait quand la réussite au tir allait les fuir", a relevé l'international suisse. "Malheureusement pour eux, c'est arrivé en fin de partie, en raison également de notre défense. Mais nous avons eu pas mal de chance."

Les Fribourgeois ont pourtant dû composer pendant les 140 dernières secondes du match sans le MVP de cette finale, Babacar Touré, sorti pour 5 fautes. L'intérieur sénégalais avait jusque-là tenu la baraque (26 points, 14 rebonds). "Sa sortie nous a obligés à nous remobiliser", a relevé Natan Jurkovitz, qui a terminé cette partie avec 16 points, 9 rebonds et 2 contres. "Nous avons même presque été meilleurs sans lui. On savait qu'on devrait tous donner quelque chose en plus, et cela nous a amené encore plus d'énergie", a-t-il lâché.

Ce sacre permet par ailleurs à Petar Aleksic de combler la dernière lacune à son palmarès en Suisse. Auteur du doublé Championnat/Coupe de Suisse en 2016 à la tête d’une équipe qu’il dirige depuis l’été 2014, l’ancien sélectionneur national avait perdu ses trois premières finales de Coupe de la Ligue avec Olympic. La roue a donc tourné ce week-end dans cette compétition, comme lui comme pour son équipe, qui l'avait déjà emporté de justesse (66-65) en demi-finale face à SAM Massagno.

Les 32 points de Noémie Mayombo

Les supporters d'Elfic avaient passé un début d'après-midi plus tranquille. Grâce notamment à la performance de choix de l'arrière des Elfes, Noémie Mayombo, auteure de 32 points, 6 rebonds et 6 interceptions en finale. C'est justement sous l'impulsion de la Belge qu'Elfic a forcé la décision dans le deuxième quart-temps, au cours duquel Noémie Mayombo a inscrit 9 points. Les filles du coach Laurent Plassard ont réussi un partiel de 17-2 en l'espace de huit minutes pour compter 17 points d'avance à la 19e (40-23).

"Nous avons perdu quelques joueuses importantes sur blessure cette saison (réd: Alexia Rol et Tiffanie Zali), mais d'autres ont su prendre leurs responsabilités. Et nous avons toutes su élever notre niveau de jeu", a relevé Noémie Mayombo. "On ne va pas s'arrêter là", a enchaîné la Belge, qui vit sa première saison sous le maillot des Elfes. "Il y a encore deux titres à gagner (réd: Coupe de Suisse et championnat), et on fera tout pour aller les chercher les deux. Je pense qu'on a les ressources et l'effectif pour y parvenir", a-t-elle poursuivi, rayonnante.

"On a raté notre début de match. On a manqué de précision tant offensivement que défensivement", a regretté l'intérieure de Troistorrents Katia Clément. Muette pendant sept minutes entre les 13e et 20e minutes, son équipe n'a pourtant rien lâché au retour des vestiaires, recollant même à 6 points à 4'50'' de la fin (65-59). Mais Elfic a parfaitement géré son affaire dans le "money time". Et l'inévitable Noémie Mayombo a assuré le succès des siennes à 1'06'' du terme, son panier primé repoussant Troistorrents à 14 longueurs (73-59). "On a su retrouver nos repères quand on le devait", a lâché la grande dame de cette finale.

ATS - Gilles Mauron

Ceci pourrait vous intéresser

Main partners
Official partners
Official suppliers
Media partners