Menu

News Center

Leagues SB League 24.01.2023

SB League - Preliminary phase : Game recap day 16

Une 16ème journée où Spinelli Massagno est parvenu à consolider sa première place en s'imposant dans le choc au sommet à la salle Saint-Léonard face à Fribourg Olympic. Dans la course au Top 8, BC Boncourt et BBC Monthey-Chablais ont remporté un succès très important à domicile respectivement face à Swiss Central Basketball et face à Union Neuchâtel Basket. Derby vaudois remporté par Vevey Riviera Basket face au BBC Nyon permettant aux hommes de Niksa Bavcevic de reprendre la 2ème place au classement. Victoire des Lions de Genève pwd by Grand-Saconnex face à Starwings Basket voyant les genevois conforter leur place dans le Top 4 suite à la défaite des neuchâtelois à la salle du Reposieux

Battu par Massagno, Fribourg Olympic doit retrouver la foi

Samedi, face à Massagno, le troisième quart-temps a coûté cher aux pensionnaires de Saint-Léonard

C’est un symbole, et certains diront qu’il est anecdotique, vu que Fribourg Olympic avait déjà perdu son duel face à son meilleur ennemi Massagno 69-81: partis en rupture face à deux Tessinois à dix secondes de la fin, Jordan, Cotture, puis Kazadi manquent leurs essais. Un problème d’adresse crasse qui a coûté très cher aux Fribourgeois. «Si nous n’arrivons pas à rentrer nos tirs à trois points, nous devrions réussir nos lancers francs. Au final, nous avons tout raté», peste Petar Aleksic. Le pauvre 6/27 (22,2% de réussite) à trois points et l’inexcusable 11/24 (45,8%) depuis la ligne sont la preuve qu’Olympic n’y était pas. «L’adresse est une composante difficile à analyser, souffle Arnaud Cotture. Je ne pense pas que cela soit un problème de concentration. Nous n’arrivons pas à nous mettre en rythme, à mieux gérer le ballon. Au final, nous subissons trop.» Un symbole, encore un, alors qu’Olympic était bien entré dans ce choc au sommet: Natan Jurkovitz ratait les quatre premiers lancers francs fribourgeois (3e minute). Défensivement en place, Fribourg a vite commencé à s’égarer derrière et Massagno ne s’est pas gêné pour en profiter. Emmené par un Marko Mladjan des grands soirs, aussi adroit qu’insupportable (22 points, 4/6 à trois points, une faute technique et sorti pour 5 fautes), Massagno s’est engouffré dans la brèche.

Une expulsion inutile

Ce d’autant plus que le trou de souris ouvert par Olympic s’est transformé en boulevard au retour de la pause. Un quart-temps remporté 9-22 par les Tessinois et durant lequel les Fribourgeois ont raté tout ce qu’ils ont tenté. Trois petits paniers rentrés sur quinze tentés, mais surtout onze rebonds laissés à l’adversaire. «Nous leur offrons 30 points rien que sur les rebonds offensifs! Tonne Petar Aleksic. L’énergie était la clé et nous en avons manqué. Sans confiance au moment de shooter, nous avons tout raté.» Pire, en 19 secondes, le coach a écopé de deux fautes techniques après de véhémentes critiques envers les arbitres. «C’était volontaire, assure-t-il. Je voulais réveiller l’équipe et leur retirer un peu de pression.» Mission ratée car, malgré cette tentative son équipe a montré son plus mauvais visage depuis la défaite en quart de finale de la Coupe de la Ligue face à Neuchâtel en décembre dernier. Et le problème est sûrement là, Fribourg Olympic ne semble pas apprendre de ses erreurs. Les quatre victoires de 2023, dont la dernière en Coupe de Suisse face à Genève, sont vite effacées par ce raté contre Massagno. Problème récurrent et déjà observé cette saison: le manque de leadership. «Dans les moments difficiles, nous avons besoin de personnes qui prennent leurs responsabilités, qui tirent l’équipe vers le haut, d’un créateur physique», lâche Petar Aleksic. Bien qu’il reste deux licences étrangères à disposition d’Olympic, il n’est pour l’instant pas question de changer quelque chose. «Je veux encore donner une chance», assure l’entraîneur.

Dix jours pour se reprendre

Peut-être que la solution se trouve dans les mains de Matt Milon, blessé depuis décembre, ou alors dans l’énergie de Davonta Jordan, débordante mais aboutissant sur pas grand-chose. Samedi, Jonathan Kazadi était touché à la cuisse, mais a insisté pour jouer et Natan Jurkovitz s’était bloqué le dos la veille. «A moins de 24 heures de la rencontre, je dois revoir tous mes plans, soupire Petar Aleksic. Résultat: Massagno nous a donné une leçon sur la manière d’empoigner le match.» Le coach prend une inspiration et dévoile: «Mon discours aux joueurs avant la rencontre était que nous devions croire en la victoire. Je peux gesticuler dans tous les sens, je ne peux pas croire en la victoire pour eux.» Absent du Final Four de la Coupe de la Ligue qui se déroule le week-end prochain à Montreux, Fribourg Olympic a dix jours devant lui jusqu’au déplacement à Boncourt pour tenter de retrouver la foi.

La Liberté - Patrick Biolley

Full game

Highlight

La première de l’année de Boncourt

Le BC Boncourt avait besoin de lancer son compteur pour l’année 2023 et de se «venger» contre Swiss Central. Tout cela s’est vu samedi en début de soirée dans le chaudron où les Lucernois, qui n’ont jamais mené, ont été battus 80-65 après avoir été décrochés en première mi-temps. Malgré la poisse qui continue à coller à ses basques et un contexte qui, finalement, était encore plus défavorable qu’à l’amorce du match du premier tour (Florian Steinmann «unique» joueur indisponible), l’équipe d’Etienne Faye a rapidement plié l’affaire: 6-0 après 1’41’’, puis une accélération de 15-13 à 28-13 (fin du premier quart-temps) et enfin 46-19 après 18’05’’. Cette fois-ci sans le concours, une nouvelle fois, de Florian Steinmann, ni ceux de Philippe Eyenga et du blessé de longue durée Josh Brown, mais avec Andre Jones. Dans ce contexte tout sauf évident et après deux semaines sans match, le BC Boncourt a pu trouver un très bon moteur avec Marlon Kessler et apprécier la belle contribution du Français Pedro Bengui. Quand au topscorer Martins Igbanu, il a tenu son rôle habituel, particulièrement dans le troisième quart-temps, quand les Boncourtois ont commencé à devenir moins rigoureux. Etienne Faye a aussi tenté, avec un certain succès, de faire tourner au maximum son banc, en introduisant par exemple le jeune Simon Ducommun dès la fin du premier quart-temps (voir aussi par ailleurs). «C’est sûr, il y avait une vraie envie de revanche», acquiesce Kevin Monteiro, le No 12 du BC Boncourt. «Avant mercredi, c’est contre nous qu’ils avaient obtenu leur seule victoire. Oui, cela faisait tache, et cela explique quand même notre bon début. On avait pas mal préparé ce match, on savait qu’il fallait stopper des joueurs comme Fuchs (n.d.l.r.: 0 point samedi soir pour le shooteur de Swiss Central). On aurait pu faire mieux sur leur intérieur (le Canadien Julian Roche, auteur de 21 points), mais au final, il y a la victoire.» Jamais les Alémaniques ne seront revenus à moins de 15 points. Malgré l’étroitesse de son contingent, le BC Boncourt a maîtrisé les débats. «On a toujours gardé confiance», souligne Kevin Monteiro. Jouer chez soi, il en convient, change aussi la donne. «Quand on est agressif en défense, on est très bon sur les transitions et après, on est plus serein quand ça revient à un jeu sur demi-terrain.» La première mi-temps a du coup été très convaincante. La seconde? «On sait très bien que dans le troisième quart-temps, on est nuls à c…», soupire l’intérieur. «Peut-être l’a-t-on gagné une fois? Je ne sais pas.» Pas contre Swiss Central, c’est certain, puisque Boncourt a encaissé un 16-21. «En tout cas, il faut changer l’approche.» Samedi, cela n’a pas eu de quoi remettre en question le succès du BCB, primordial dans la course aux play-off. «Deux matches difficiles vont arriver», ajoute Kevin Monteiro. Le premier des deux se disputera le mercredi 1er février à domicile contre Fribourg.

Le Quotidien Jurassien - Frédéric Dubois

Full game

Highlight

Vevey a parfaitement préparé son «Final Four»

À une semaine de leur demi-finale de SBL Cup face à Neuchâtel, les Veveysans ont remporté le derby vaudois contre Nyon (82-74).

Le classement est là pour le rappeler, la suprématie vaudoise n'était pas en jeu samedi. Mais pour le retour du derby aux Galeries du Rivage, le Vevey Riviera Basket (2e à égalité avec le champion fribourgeois) a rappelé qu'il était bien la meilleure équipe du canton en débordant le BBC Nyon (10e) en deuxième mi-temps (82-74). Avec un plan de jeu défensif parfaitement préparé, ce sont pourtant les visiteurs qui ont réalisé la meilleure entame (4-16), punissant le repli défensif absent du VRB et obligeant le coach Niksa Bavcevic à pousser une première gueulante dont il a le secret. Mais comme souvent cette saison, c'est le virevoltant Malik Johnson qui a réveillé sa formation et par la même occasion, le bruyant public veveysan. Le capitaine Jonathan Dubas a fait le reste dans la raquette et à la mi-temps, les locaux étaient même en tête au tableau d'affichage (34-33). Discret jusqu'ici, Tyrell Johnson a mis le réveil au retour des vestiaires et martyrisé une raquette nyonnaise trop dépendante du seul Devante Brooks. Avec une dizaine de points d'avance au début du dernier quart, Vevey a vu Nyon revenir à 71-65. Mais Dubas, encore et toujours, était là pour fermer le match aux lancers francs.

24 Heures - Jérémy Santallo

A Vevey, le BBC Nyon a bien essayé mais n’a pas pu

Aux Galeries du Rivage, samedi, les Nyonnais sont entrés dans le match l’esprit conquérant, avant de lâcher du lest et de s’incliner 82-74 face au néopromu.

Défait de 8 petits points, samedi, à Vevey, le BBC Nyon méritait-il un meilleur sort? On répond par l’affirmative. Appliqués et déterminés, les visiteurs empoignaient de la meilleure des manières la rencontre. Le score intermédiaire de 4-16 en atteste. Las pour les Nyonnais, le match, insensiblement mais sûrement, leur a «filé entre les doigts», dixit Jérémy Jaunin. Mais ce n’est pas faute d’avoir essayé. «On a affiché d’emblée une belle vitesse en attaque et ça a porté ses fruits. Mais on s’est un peu contenté de ça, commentait à brûle-pourpoint Stefan Ivanovic. On a manqué de réussite (ndlr: notamment sur des tirs ouverts) et dans une partie très physique, on s’est battu. Sans jouer dur. Nous avons pourtant été pénalisés de 32 fautes contre 21 à Vevey.» Le coach entend remettre l’ouvrage sur le métier. Par nécessité – «on n’a pas le choix dans l’optique de la 8e place» – et par conviction. «C’est dans notre mentalité de ne pas baisser les bras.»

Dougherty étincelant

Resserrant sa défense, le néopromu a passé l’épaule, selon l’expression consacrée, à 25’’ de la mi-temps (35-34). Dubas et le tentaculaire Brooks se partageaient alors le titre de meilleur marqueur avec 14 points (23 au total pour Brooks et 15 rebonds). Avec 14 lancers francs réussis sur 16, le capitaine veveysan a connu une soirée faste. Malgré un avantage de 16 points (64-38) à 9’30’’ du terme, Vevey n’a jamais plié le match. Mieux, les Nyonnais sont revenus à 6 points (71-65). Grâce à un Dougherty étincelant, auteur de 16 points dans le dernier quart (25 au total). Cette volonté de bien faire jamais prise en défaut trouvera-t-elle un écho favorable contre Starwings, le 1er février à Bâle, et le 4 au Rocher devant Lugano?

Vannay n’est plus nyonnais

Jérémy Jaunin se plaît à le croire: «On continue à progresser. C’est le côté positif. Mais on doit rester concentré plus longtemps. On n’a pas su capitaliser sur notre super début de match. C’est frustrant. Vevey était prenable.» Notre interlocuteur s’interroge aussi sur la profondeur du banc nyonnais. La remarque invite chacun à se remettre en question. Sachez encore que Titouan Vannay n’appartient plus à l’effectif du BBC Nyon. En novembre, à Bernex, en Coupe de Suisse Vannay (23 ans/194 cm) avait rappelé en cinq minutes et neuf points – dont deux tirs primés – la dextérité qui est la sienne derrière l’arc de cercle.

La Côte - Patrick Testuz

Full game

Highlight

Après deux défaites de rang toutes compétitions confondues, les Lions de Genève pwd by Grand-Saconnex ont renoué avec le succès en ce dimanche en s'imposant à domicile face à Starwings Basket. Un succès bienvenu pour les genevois qui confortent leur place dans le Top 4 en reprenant 4 pts d'avance sur le 5ème classé Union Neuchâtel Basket battu sur le terrain de BBC Monthey-Chablais. Les bâlois, quant à eux, n'ont pas en mesure de mettre un terme à leur série négative avec un 7ème revers de rang toutes compétitions confondues et toujours la 9ème place au classement avec deux points de retard sur un trio composé de Lugano Tigers, BC Boncourt et BBC Monthey-Chablais. Ils vont pouvoir profiter de la trêve pour le Final Four de la SBL Cup pour se ressourcer afin de préparer le prochain match capital face au BBC Nyon. Les hommes de Alain Attallah ont été constamment devants menant même de 18 pts en fin de 3ème quart-temps mais ont souffert jusqu'au bout face à un adversaire revenu à 3 longueurs à la 34ème. La différence s'est principalement faite aux rebonds, 43 contre 29 et surtout 13 rebonds offensifs contre 5. Très bon début de match des genevois qui ont mené 16 à 2 à la 5ème. 25 à 11 à la 14ème, avant que les bâlois ne reviennent par le biais d'un partiel de 1 à 11, 26 à 22 à la 18ème. 33 à 27 à la pause. 39 à 35 à la 23ème avant un gros passage à vide des bâlois permettant à leurs adversaires de creuser un écart conséquent à la 29ème, 57 à 39, partiel de 18 à 4. On pouvait penser hommes de Alain Attallah à l'abri mais il n'en a rien été. Sous l'impulsion de principalement De'Shawn Williams, 10 pts consécutifs en l'espace de 3 minutes au début du 4ème quart-temps, les pensionnaires de la Sporthalle sont parvenus à revenir au contact 59 à 56 à la 34ème. Les genevois ont su tenir bon jusqu'au bout avec notamment un 9 sur 9 aux L-F de Jeremiah Paige pour l'emporter finalement sur la marque de 71 à 63. Les plus en vue pour les Lions de Genève pwd by Grand-Saconnex Keith Clanton 11 pts, 19 rbds, 2 ass, 2 contres, Jeremiah Paige 18 pts, 4 rbds, 3 ass et Bryan Colon 14 pts, 4 rbds, 4 ass. A mettre en évidence pour Starwings Basket les 16 pts, 12 rbds, 2 ass, 2 int, 2 contres de Noah Dickerson, les 25 pts, 3 rbds, 3 ass, 2 int de De'Shawn Williams et les 7 pts, 5 rbds, 4 ass de Vid Milenkovic

Full game

Highlight

Le BBC Monthey-Chablais se défait facilement d’Union Neuchâtel

Après avoir trébuché sur le parquet du cancre de la ligue en semaine, le BBC Monthey-Chablais a parfaitement réagi en dominant 96-53 Union Neuchâtel au Reposieux ce dimanche.

Il voulait de la hargne. De l’implication. De la concentration. De la rage de vaincre. L’entraîneur du BBC Monthey-Chablais Patrick Pembele a été servi. Face à Union Neuchâtel ce dimanche après-midi, ses joueurs ont appliqué les consignes à la lettre et ont rassemblé toutes ces qualités pour retrouver le chemin de la victoire, quelques jours seulement après avoir sombré sur le parquet de Swiss Central, cancre de l’élite masculine du basket suisse. Tout n’était pourtant pas parti de la meilleure des manières pour les Valaisans qui, après cinq minutes de jeu, étaient déjà menés au score 2-8. Un début d’entame manqué qui allait sonner la révolte dans le camp chablaisien: un partiel de dix points pour lancer la machine, mieux même, pour entamer une véritable marche victorieuse.

21 points d’avance à la mi-temps

Sous l’impulsion de John Chandler et de Matthew Eberle, les vert et jaune sont revenus à la hauteur des Neuchâtelois, les ont devancés avant de les laisser sur place et de les distancer. A l’heure d’aller prendre le thé, l’addition était déjà salée pour des visiteurs alors menés de 21 points. Et Monthey n’allait pas se contenter de cette avance pourtant déjà confortable face à un adversaire qu’il avait éliminé en quart de finale de la Coupe suisse une semaine auparavant dans cette même salle du Reposieux. Toujours aussi affamés, les Sangliers ont creusé leur avance pour se mettre définitivement à l’abri d’entrée de troisième période, finissant même par terrasser un adversaire dépassé.

Le Nouvelliste - Greogory Cassaz

Union Neuchâtel mord la poussière à Monthey

Les Neuchâtelois ont largement été dominés par la formation valaisanne ce dimanche 22 janvier. Les protégés de Mitar Trivunovic se sont inclinés 96-53

Union Neuchâtel n’a pas réussi à prendre sa revanche en championnat. Une semaine après avoir été éliminés en Coupe de Suisse par Monthey, les Neuchâtelois ont une nouvelle fois subi la loi de la formation valaisanne. Au Reposieux, les Chablaisiens se sont nettement imposés 96-53. «Nous n’avons pas joué avec l’énergie habituelle», regrette Juan Esteban De la Fuente.

Rapidement distancé

Sans son maître à jouer Nate West, absent en raison d’une blessure au genou gauche, Union Neuchâtel n’a jamais trouvé le bon rythme. A la mi-temps, la messe était déjà dite avec un avantage de 21 points pour les Valaisans (47-26). «Monthey s’est montré bien plus agressif. Ils ont profité de l’absence de West en mettant beaucoup de pression sur notre meneur. Nous n’arrivions pas à organiser notre jeu», analyse l’entraîneur Mitar Trivunovic. Après ce lourd revers, la formation du Littoral dispose d’une semaine pour se remettre sur les bons rails. Les Neuchâtelois disputeront le Final Four le week-end des 28 et 29 janvier. Samedi, Killian Martin et ses coéquipiers se frotteront à Vevey en demi-finales, avant une éventuelle finale le lendemain. «Nous allons travailler dur cette semaine. Notre tête est déjà au Final Four. Tout est possible», assure Juan Esteban De la Fuente.

Arcinfo - Florian Charlet

Full game

Highlight

Stay
tuned!
Follow Us
Main partners
Official suppliers
Media partners
Technical partners
2023 © Swiss Basketball