Menu

News Center

Leagues SB League 04.05.2021

SB League : Game recap day 27

Une 27ème et dernière journée qui a apporté son lot d'émotions et de surprises puisque BBC Monthey-Chablais a réussi à reprendre la 5ème place aux Lugano Tigers en l'emportant à domicile face à Spinelli Massagno. Une bien mauvaise opération pour les tessinois par contre qui perdent ainsi leur 3ème place au classement au profit d'un Fribourg Olympic revenu victorieux mais difficilement de son déplacement de la Sporthalle face à Starwings Basket. L'autre évènement est venu de la victoire de Union Neuchâtel Basket sur le terrain du leader les Lions de Genève. Un résultat toutefois qui ne va pas bouleverser la hiérarchie puisque les deux équipes étaient déjà fixées sur leur sort avant la rencontre. Dans le dernier match, le BC Boncourt a disposé au Chaudron de la lanterne rouge, le BBC Nyon, se rassurant quelque peu avant le début des play-offs prévu le mercredi 12 mai.

Les Lions de Genève devront être «plus sérieux»

Surpris à domicile par Union Neuchâtel (71-80) lors du dernier match de la saison régulière, les hommes d’Andrej Stimac terminent quand même premiers et affronteront Bâle en quarts de finale des séries éliminatoires.

Cette rencontre avait tout d’un match de préparation: gradins clairsemés (Covid oblige), cinq de base quelque peu remaniés et, surtout, aucune influence sur le classement final. «C’était difficile de rentrer dans le match et on n’était pas prêts pour cette intensité», analyse Thomas Jurkovitz. Car, contrairement à ce qu’on pouvait imaginer, Union Neuchâtel ne s’était pas déplacé au Pommier pour faire de la figuration et comptait bien mener la vie dure aux Lions de Genève. Dès le premier lâcher de balle, les protégés de Mitar Trivunovic ont imposé un défi physique aux Lions. «Ils ont abordé rudement la partie, tandis que, de notre côté, nous avons été trop doux», décrit le No 12 genevois. Rapidement menés, les hommes d’Andrej Stimac ont couru après le score durant les trente premières minutes. Grâce à un Xavier Ford en feu (17 points à la mi-temps), les Neuchâtelois ont su gérer leur avance d’une dizaine d’unités jusqu’à l’entame de la dernière période.

Une finale de Coupe, aussi

Alors qu’il restait dix minutes à jouer, les Lions ont recommencé à rugir. Kovac et Kuba ont aligné quatre tirs primés consécutifs et ont permis aux leurs de prendre pour la première (et unique fois) les devants (65-64), à cinq minutes de la sirène finale. On pensait les Genevois capables de continuer sur cette lancée et d’enterrer définitivement Neuchâtel, il n’en a rien été. Au bord du gouffre, les visiteurs ont su puiser dans leurs ressources pour repasser devant, en étant également bien aidés par Genève. «On perd des balles bêtement, comme on l’a fait durant les trois premiers quarts», regrette Thomas Jurkovitz. Finalement, les Lions s’inclinent sur le score de 71 à 80. Place désormais aux play-off. La confrontation face à Bâle n’est-elle qu’une formalité pour les Lions? «On l’espère, sourit le Fribourgeois. On va essayer de l’aborder plus sérieusement qu’aujourd’hui (ndlr: samedi), de commencer le match à fond et de ne leur laisser aucune chance.» Avant cette échéance, un autre rendez-vous important attend Thomas Jurkovitz et ses coéquipiers: la finale de la Coupe ce samedi à Saint-Léonard, face à Fribourg Olympic.

Tribune de Genève - Matthias Davet

Victoire de prestige d’Union Neuchâtel contre les Lions de Genève

Victorieux pour la première fois de la saison du leader de SB League, les Neuchâtelois terminent bien le championnat régulier. Pour les quarts de finale de play-off, qui débutent le mercredi 12 mai, ils affronteront Monthey.

Union Neuchâtel ne réalise décidément pas un exercice comme les autres. Capable de perdre contre la lanterne rouge du championnat, le club du Littoral est également en mesure de réaliser des prestations éblouissantes. Samedi, les Neuchâtelois l’ont parfaitement démontré. Dans un grand jour, ils ont pris le dessus sur les Lions de Genève, leader de SB League. Victorieuse 71 à 80 dans la cité de Calvin dans un match sans enjeu comptable, la troupe de Mitar Trivunovic termine le championnat régulier sur une bonne note. Cette saison, les Neuchâtelois peuvent même se targuer d’être venus à bout à au moins une reprise de toutes les formations de première division suisse.

Quelques sueurs froides

Contre les Genevois, Union a particulièrement bien débuté les hostilités. Bryan Colon et ses coéquipiers menaient de 13 points à la mi-match. Ils ont par la suite été en mesure de contenir l’importante force de frappe offensive du récent vainqueur de la Coupe de la Ligue. Union a tout de même eu des petites sueurs froides quand son adversaire est repassé devant à un peu moins de 5 minutes de la fin (65-64). A noter que les Lions de Genève ont disputé cette partie sans leur arrière lituanien Donatas Sabeckis.

Monthey pour débuter

Après cette ultime journée de championnat, Neuchâtel est désormais fixé sur sa suite de saison. Quatrièmes, les Neuchâtelois affronteront Monthey lors des quarts de finale de play-off. Cette série au meilleur de trois matches débutera le mercredi 12 mai à la Riveraine. Le deuxième match est programmé le vendredi 14 mai à Monthey et l’éventuel troisième acte le dimanche 16 mai à Neuchâtel. Contre les Valaisans, la troupe de Mitar Trivunovic a signé deux succès en trois rencontres. Lors de leur dernier affrontement, le 24 avril, les basketteurs du Littoral avaient été défaits 76 à 83 à la Riveraine. Les protégés de Patrick Pembele semblent en forme et représentent un véritable danger. Au coude à coude avec Lugano pour terminer cinquième de SB League, Monthey a battu Massagno lors de sa dernière sortie.

Arcinfo - Florian Charlet

Full game

Highlight

TV Reports

Canal Alpha - Le Canal Sportif du lundi 3 mai : Match Lions de Genève - Union Neuchâtel Basket (dès 4 min et 10 sec) 04.05.2021

Un bon succès pour la route avant de retrouver Fribourg en play-off

Le rideau est tombé sur le tour préliminaire de Swiss Basketball League, qui a marqué samedi le retour d’une petite cohorte de supporters dans le chaudron. Vainqueur logique (88-71) d’un BBC Nyon privé de l’une des ses deux pièces maîtresses (l’ex-joueur de la Red Team Amir Williams souffre d’un hématome au genou), le BC Boncourt s’est bien regonflé le moral à l’approche des play-off. En raison de l’étrange écroulement en fin de match de Massagno, qui est resté muet durant plus de cinq minutes dans le dernier quart-temps à Monthey (de 51-58 à 65-58), l’équipe jurassienne devra se mesurer au champion en titre Fribourg Olympic en quarts de finale, dès le 12 mai et au meilleur des trois matches.

Tambours et encouragements

Les Boncourtois savaient que le 7e rang leur était promis en cas de victoire contre les Vaudois. À vrai dire, la troupe de Vladimir Ruzicic n’avait pas franchement l’esprit à calculer. Elle voulait surtout se rassurer, réintégrer deux joueurs (voir par ailleurs) et aussi venger un échec en Coupe de Suisse contre Nyon qui avait laissé des traces. Le défi a dans l’ensemble été bien relevé contre une opposition moyenne. Le coach a également pu se livrer à une appréciable revue d’effectif. Le tout dans une atmosphère qui recommence à ressembler à ce qui nous réjouissait tant à l’ère pré-Covid. La cinquantaine d’heureux spectateurs a actionné les tambours, quelques chants d’encouragement ont résonné. Stimulés, joueurs locaux n’ont pas été insensibles à cette nouvelle donne. Les visiteurs, parfois légèrement perturbés, en ont eux vendangé quelques lancers francs en route... Le BC Boncourt a eu besoin de plus de cinq minutes pour récupérer l’avantage au tableau (13-11) et ne plus le lâcher. À la fin du premier quart-temps, la lanterne rouge avait déjà perdu pas mal de plumes. À la mi-temps (50-32), l’issue de la rencontre ne faisait plus de doute. Nanti de 20 longueurs d’avance (58-38), le BCB a toutefois eu la fâcheuse tendance de s’endormir et l’a payé par un 0-11 (58-49, 27’03’’). Ce ne fut qu’une péripétie sur le chemin d’un large succès, couronné par un petit tour d‘honneur et une ola.

«On peut être confiant en nos capacités»

«On a tenté de trouver un rythme dans le troisième quart-temps, mais j’ai aussi utilisé des joueurs de rotation. J’avais la volonté de faire jouer et scorer Devin Cooper (n.d.l.r.: 26 points au compteur du meneur américain). C’est une bonne victoire. Je suis satisfait de ne pas avoir à affronter Massagno. Nous avons une dizaine de jours pour nous préparer. Nous combattrons contre Fribourg. C’était sympa de revoir des gens dans la salle, quelques-uns de mes amis ont pu venir et j’en suis très heureux», réagit Vladimir Ruzicic. «On ne veut pas aller en play-off avec une défaite. Amir Williams était blessé? Ce n’est pas notre problème, on s’occupe de nos affaires. Tout le monde a contribué. On a vraiment un bon rythme collectif. En exécutant le «game plan», on peut battre tout le monde. C’est facile à dire, car on ne l’a pas encore fait, mais je pense qu’on peut être confiant en nos capacités», ajoute Marc Seylan. Nyon s’arrête là. Quant au BC Boncourt, il sait que face à l’ogre Fribourg Olympic, ce sera une tout autre histoire, mais qu’il aurait bien tort de ne pas jouer le coup à fond.

Le Quotidien Jurassien - Frédéric Dubois

Le BBC Nyon s’incline pour la der de sa saison

Les Nyonnais ont conclu leur exercice 2020-2021 sur une défaite concédée samedi sur le parquet du BC Boncourt (88-71).

Le BBC Nyon est en vacances. N’ayant plus aucune chance de disputer les play-off depuis plusieurs journées, la formation du Rocher a disputé, samedi, à Boncourt, son ultime rencontre de l’exercice 2020-2021, laquelle s’est soldée par un 22e revers en 24 matches (88-71). Ces quatre derniers quart-temps de la saison, les Nyonnais les avaient pourtant empoignés de la meilleure des manières. Bien que privés de Williams et d’Hayman, c’est sans complexe qu’ils se lançaient dans un match résolument porté sur l’offensive de part et d’autre.

Réussite en berne

Portés par un Zoccoletti solide dans la raquette, ils se montraient suffisamment efficaces au tir pour faire la course en tête durant les premières minutes de jeu. Malheureusement pour les visiteurs, plusieurs actions manquées consécutivement allaient permettre aux Jurassiens, plus réalistes et progressivement plus dominateur au rebond, de creuser un premier écart qui s’élevait à neuf points à l’issue de la première période (30-21). Marqué par plus d’imprécisions dans les deux camps, le deuxième quart voyait l’écart se maintenir. Aux réussites d’un BBC Nyon très combatif, répondaient celles d’un BC Boncourt bien décidé à rester maître sur ses terres. Les fautes concédées sur des paniers adverses ainsi qu’un faible taux de réussite aux lancers francs (33% pour un 6/18 sur le match) allaient compliquer la tâche des joueurs de La Côte, qui rejoignaient les vestiaires avec un déficit de 18 unités (50-32).

Tout donner jusqu’au bout

Ce retard, les protégés d’Alain Attallah semblaient pourtant bien décidés à le combler dès leur retour sur le parquet. Montrant beaucoup d’envie, ils ne parvenaient toutefois pas à régler leur souci d’efficacité. Ils parvenaient malgré tout à revenir à neuf points de la troupe de Vladimir Ruzicic, avant que cette dernière ne brise l’élan nyonnais sur deux réussites, dont un tir primé inscrit par Fongué à 22’’ de la sirène (68-53). Le capitaine Van Rooij et ses coéquipiers poursuivaient malgré tout leurs efforts au cours des dix dernières minutes, multipliant les actions percutantes auxquelles ne devait manquer, trop souvent, que la conclusion qu’elles auraient mérité. «Sans Amir (Williams), on savait que ce serait dur dans la raquette. Boncourt nous a doublé sur les rebonds. On a aussi connu des problèmes à la finition, mais les joueurs n’ont jamais baissé la tête», a souligné Alain Attallah. Le coach du Rocher de poursuivre: «Comme lors du reste de la saison, ils ont affiché un excellent état d’esprit et je les en remercie».

La Côte - Arnaud David

Full game

Highlight

TV Reports

Canal Alpha - Le Canal Sportif du lundi 3 mai : Match BC Boncourt - BBC Nyon (dès 55 sec) 04.05.2021
Le BBC Monthey-Chablais retrouve son âme et écœure Massagno

En frustrant Massagno et en s’imposant 71-61, les Chablaisiens réussissent la performance qu’il leur manquait pour valider leur place dans le top-5. En playoff, ils affronteront Union Neuchâtel.

Le BBC Monthey-Chablais termine la saison régulière avec le pied enfoncé sur la pédale de gaz. Sept jours après avoir fait chuter Union Neuchâtel, Galloway et consorts enchaînent en s’offrant le scalp de Massagno. Victorieux 71-61, sous les yeux d’un Reposieux enfin animé par le retour partiel du public, les Sangliers accrochent le top-5 grâce à leur imperméabilité défensive et à leur sens du sacrifice. Place désormais à la récupération et à la préparation d’un quart de finale de playoff prometteur face à Neuchâtel.

Le héros: Fritschi incarnation d’un collectif

«Thomas Fritschi? C’est mon héros.» Lessivé en fin de match, Patrick Pembele n’était cependant pas avare en compliments. «Il travaille à côté, mais il ne manque aucun entraînement. Il prend toujours le rôle qu’on lui donne à cœur et il assume les soirs où il est en dedans.» À nouveau «titulaire» face à Massagno, l’Agaunois a poursuivi sur sa lancée du week-end dernier: affirmé et combatif. Malmené dans un duel et touché «entre les cotes et l’estomac», il a dû céder sa place durant quelques minutes en début de deuxième mi-temps. Une douleur qui ne l’a pas quittée, mais qui ne l’a pas empêché non plus de ramener son équipe à 58-58 (37e), avant de littéralement se sacrifier sur un rush de Williams qui se terminait en faute offensive, sous le panier chablaisien. «J’ai lâché un cri de libération sur ce panier à trois points et ensuite, je n’ai pas réfléchi sur cette action de défense. J’avais mal, mais je ne voulais pas abandonner l’équipe», lâche un Thomas Fritschi qui a incarné à merveille la combativité des Sangliers. «On a remporté cette bataille tous ensemble. On s’est sacrifié les uns pour les autres.»

La différence: le duo Galloway-Bailey dominant

On pourrait s’étendre en long – surtout – et en large – un peu – sur la performance de Jonathan Galloway. L’intérieur américain a été monstrueux face aux Tessinois et surtout diablement constant. Sa domination dans la peinture se reflète d’ailleurs dans ses statistiques puisque le top-scorer bas-valaisan a signé un double-double: 22 points et 14 rebonds. «Il a été énorme. En plus de ça, c’est un bosseur, il est le premier à l’entraînement et le dernier à en repartir», souligne son entraîneur. Comme face à Neuchâtel, il a été parfaitement épaulé par un Vincent Bailey que Massagno craignait, au vu des prises défensives qu’il a dû affronter. Les deux mercenaires montheysans ont largement pris le dessus sur la paire Chukwu-Padgett, dans tous les compartiments du jeu. «On doit une grande partie de notre succès à ce binôme qui a très bien fonctionné», savoure Patrick Pembele.

Le quatrième quart: Monthey fait frémir le Reposieux

33e minute de jeu, Isaiah Williams claque un dunk rageur et pousse l’écart à +7 pour les visiteurs (51-58). Le Reposieux se crispe, Monthey voit la 5e place s’éloigner. La suite? Le scénario est difficilement explicable, même pour ses acteurs. Mais toujours est-il que les jaune et vert enfilent un partiel de 13-0 en l’espace de quatre minutes. L’impulsion est collective, décevants – du moins sur le plan offensif – jusqu’alors Kessler et Timberlake sortent du bois. Le Reposieux frémit, Massagno explose et laisse sa frustration l’emporter. «On a mis un certain temps à s’adapter à leur passage en défense de zone», avance Patrick Pembele. «Mais, nous n’avons rien lâché et l’équipe a prouvé qu’elle voulait vraiment ce top-5.»

Le retour: le sixième homme a tenu son rôle

Dans les gradins du Reposieux de dizaines de visages masqués étaient installés. Pour le retour à la salle d’une partie de ses fidèles, le «BBCM» a mis les petits plats dans les grands en réussissant une performance collective de premier plan. Une performance à laquelle le sixième homme a contribué, d’abord timidement grâce à ses applaudissements, avant de s’affirmer de la voix en scandant des «Monthey» durant la seconde partie de match. «C’était vraiment incroyable. Ce moment, on l’attendait depuis tellement longtemps. Ce soir, on a vraiment pu compter sur notre sixième homme», s’enthousiasme Thomas Fritschi.

La suite: à Neuchâtel dans dix jours

Grâce à un troisième tour de feu avec cinq victoires – dont deux face à des membres du top-4 – les Chablaisiens affronteront Union Neuchâtel en quart de finale des playoff.Une affiche qui, conjuguée à leur victoire du week-end dernier à La Riveraine, leur donne le droit de rêver à une fin de saison épique. «Défensivement, nous avons été au top sur les deux derniers matchs. Avec cet état d’esprit, on redevient une équipe dangereuse. Il y aura un vrai coup à jouer», affirme le coach des Montheysans. Cette série au meilleur des trois matchs débutera le mercredi 12 mai à Neuchâtel, avant un retour au Reposieux le vendredi 14 mai. Un éventuel troisième match se jouerait le dimanche 16 mai à La Riveraine.

Le Nouvelliste - Adrien Delèze




Full game

Highlight

Une victoire qui compte double pour Olympic

Olympic s’impose 71-83 chez les Starwings et chipe à Massagno la deuxième place. Quel dénouement!

La 24e et dernière journée de SB League aurait pu n’être qu’un coup d’épée dans l’eau. Elle s’est au contraire révélée riche en rebondissements et en émotions. Si, pour le classement final pour le moins, la défaite des Lions de Genève face à Union Neuchâtel apparaît anecdotique, celle de Massagno à Monthey change littéralement la donne. Elle permet à Olympic, chiche vainqueur des Starwings mais vainqueur malgré tout (71-83), de chiper aux Tessinois de Dusan Mladjan la 2e place. Victoire compte double. Car cette 2e place à l’issue de la saison régulière, en plus de renforcer la confiance qui anime des Fribourgeois invaincus depuis le 28 mars, offre à ces derniers l’avantage du terrain jusqu’en demi-finales des play-off (y compris). Alors que les deux premières séries se disputeront au meilleur des trois manches, voilà qui est bon à prendre. Samedi à Birsfelden, dans une salle qui a vibré et qui s’en est fait l’écho, Petar Aleksic et ses hommes ne s’en plaignaient en tout cas pas.

«Ils la méritent»

Résumons. Enseignement No 1: longtemps 3e, Olympic a trouvé le moyen de se mettre dans une position un poil plus favorable avant le début des choses sérieuses. Enseignement N° 2: les pensionnaires de Saint-Léonard affronteront le matricule 7 du tableau, Boncourt, en quarts de finale. Osons l’écrire: un bon tirage. Enseignement N° 3: tous les feux sont au vert avant la finale de la Coupe de Suisse, samedi à Fribourg contre les Lions de Genève. «En tant qu’entraîneur, je n’aime pas perdre le match qui précède une finale», soufflait Petar Aleksic peu après le court succès des siens face aux Starwings. Et d’ajouter: «La saison a été compliquée, mais mes joueurs n’ont jamais cessé de se remettre en question. Cette 2e place vient récompenser leur travail. Je crois qu’ils la méritent.» Comme les Bâlois, privés de leurs deux meneurs Deondre Burns et Branislav Kostic, ont mérité de tenir Olympic, notamment battu dans la conquête du rebond, en respect. En cause, une défense de zone agressive sur laquelle les visiteurs ont longtemps séché. «Nos adversaires savent que, voilà, nous ne sommes pas la meilleure équipe du championnat face à ce genre de défense, même si nous avons progressé. Aujourd’hui (samedi), nous avons pris 37 à 38 minutes de zone dans les dents. Je vois cela comme la meilleure préparation possible, car Genève ne va pas manquer de nous en proposer quelques séquences, samedi prochain», sourit Paul Gravet qui, en retrouvant un peu de son adresse au début du quatrième quart-temps, fut l’un des détonateurs olympiens (32e, 54-66).

Un temps mort

Un autre est à chercher dans le smartphone du président Philippe de Gottrau, assis derrière le banc fribourgeois, un œil sur la performance de ses protégés, un autre sur le déroulement de la rencontre entre Monthey et Massagno. «Quand, explique Petar Aleksic, à 5 minutes de la fin du match, mon président est venu me dire que Massagno perdait, j’ai pris un temps mort pour motiver les troupes.» L’effet a joué en plein. Certes, Olympic avait déjà creusé l’écart. Mais sans un panier de Kristijan Krajina et trois autres de Robert Zinn (39e, 69-82), qui sait si les Rhénans, emmenés par un Nathan Krill au four et au moulin, n’auraient pas poussé le bouchon encore plus loin? Quel dénouement! Les plus superstitieux y verront un heureux présage. Le signe que cet Olympic-là, malgré quelques ratés à l’allumage, est, tels ses glorieux prédécesseurs, né sous une bonne étoile. Les plus terre à terre, eux, préféreront penser que le travail paie, toujours, et que l’essentiel est de ne jamais perdre l’espoir. A chacun son camp. Une chose est sûre: vivement la suite!

La Liberté - Pierre Salinas

Full game

Highlight

Stay
tuned!
Follow Us
Main partners
Official suppliers
Media partners
2021 © Swiss Basketball