Menu

News Center

Leagues SB League Women 16.04.2021

SB League Women : Game recap semi finals game 1

BCF Elfic Fribourg und Hélios VS Basket holten den ersten Punkt in dieser Serie von Halbfinale der Play-Offs. Nach einem Viertel der Spielzeit machten die Elfen schließlich den Unterschied und gewannen gegen Portes du Soleil BBC Troistorrents. Eine totale Dominanz in allen Sektoren des Spiels mit insbesondere 16 Rebounds in der Offensivphase und 27 verlorenen Bällen, die vom Gegner kassiert wurden. Von einer Brittany Dinkins Autorin einer riesigen Leistung genommen, hat Hélios VS Basket auf dem Feld von BC Winterthur gewonnen, der viel mit 3pts ohne Erfolg versucht hat und der ein sehr schlechtes 2. Viertel kannte, das die Ungeschicklichkeiten und die Ballverluste ansammelt.

Elfic Fribourg en mode patron

Les Fribourgeoises n’ont laissé que des miettes à Troistorrents mercredi soir dans l’acte I des demi-finales

C’est une histoire en trois actes qui s’est jouée mercredi soir à Saint-Léonard lors du premier match de la demi-finale de SB League. Mais quoi que tente l’adversaire, Troistorrents en l’occurrence, même si celui-ci arrive à faire douter les elfes, il persiste cette étrange impression que la fin nous est déjà «divulgâchée»: les Fribourgeoises ressortent inexorablement victorieuses. Trois actes donc, avec un premier que l’on pourrait nommer l’étonnement. Les Valaisannes sont venues pour défendre, elles l’ont assez hurlé dans la salle sarinoise pour que tout le monde le comprenne. Et cela a fonctionné durant bien… huit minutes. L’agressivité de Troistorrents, à l’image de son coach aussi virulent envers les arbitres qu’envers ses propres joueuses, a mis Elfic dans ses petits souliers. Il n’a d’ailleurs mené pour la première fois qu’à la 5e minute (13-11) avant de prendre le large à la 8e (21-18). «Troistorrents a mis beaucoup de points contestés, analyse Romain Gaspoz. Nous savions que ça n’allait pas forcément durer, car il y avait une bonne part de réussite.»

Un rouleau compresseur

Deuxième acte: la remise en ordre. Serrez la défense, ajustez la mire et roulez jeunesse! Les elfes ont fait parler leur expérience dans le deuxième quart. Taylor Koenen a permis aux Fribourgeoises de prendre dix points d’avance (32-22, 13e minute) et le rouleau compresseur pouvait entrer en action. «Dès que nous avons commencé à mieux défendre, c’est tout de suite allé mieux, estime Nancy Fora. Ce n’était pas de la fatigue lors du premier quart. Il fallait simplement s’ajuster.» La Tessinoise faisait d’ailleurs son retour dans le cinq de base après avoir grappillé neuf minutes à Aarau vendredi passé. «J’avais tellement envie de jouer, j’étais juste contente, s’exclame-t-elle. Mon objectif était de me stabiliser en défense. Après trois semaines d’arrêt (blessure, ndlr), tu perds le rythme et il faut reprendre la confiance.» A 45-32 en faveur des elfes à la mi-temps, il restait le troisième et dernier acte à jouer: la domination. Les Fribourgeoises n’ont laissé que des miettes à leur adversaire. Seulement neuf petits points inscrits en vingt minutes, même le volubile coach des Valaisannes s’est tu. Un partiel de 14-0 pour entamer le troisième quart, un autre de 16-0 dans l’ultime période, le match était plié. Il a d’ailleurs fallu un panier de Camille Delaquis à 38 secondes de la fin pour éviter à Troistorrents le zéro pointé dans l’ultime période. Baisser de rideau: 85-41 pour Elfic Fribourg. «Quand nous sommes collectivement en place, nous sommes la meilleure équipe du pays, assure Romain Gaspoz. Etre conscient de notre force signifie aussi que nous devons rester humbles. Ne pas oublier non plus qu’un match très difficile nous attend vendredi.» Car la revanche c’est dans deux jours déjà, à Monthey, avec, à la clé, une place en finale pour Elfic en cas de victoire.

La Liberté - Patrick Biolley

Elfic était tout simplement trop fort pour le BBC Troistorrents

Malgré une bonne première mi-temps, le BBC Troistorrents finit par s’incliner largement face à Elfic Fribourg 85-41. Vendredi au Reposieux, les Chorgues joueront déjà pour leur survie.

Le miracle de Saint-Léonard, le BBC Troistorrents y a cru durant un quart. Le temps pour l’ogre fribourgeois d’ajuster sa force de frappe. Agressives et concernées, les Bas-Valaisannes sont parvenues, malgré tout, à maintenir un écart raisonnable. Mais leurs belles dispositions se sont ensuite envolées durant la deuxième mi-temps et Elfic a fini par largement s’imposer 85 à 41. Les vacances se rapprochent pour les Chorgues.

L’entame: Troistorrents a pu y croire

Dans la foulée de son excellent quart de finale face à Genève, «3T» a débarqué sur le parquet de Saint-Léonard avec d’excellentes intentions et une détermination certaine. Sans complexe, Isabelle Spingola et ses coéquipières ont fait mieux que bousculer Elfic. Mais cette séquence n’a malheureusement pas suffisamment duré pour faire douter la machine à gagner fribourgeoise.

Les soufflantes: José Gonzalez Dantas était bouillant

A peine débarqué dans le Chablais, José Gonzalez Dantas avait annoncé la couleur, «son» BBC Troistorrents devait être intransigeant défensivement. Près de sept mois plus tard, le discours n’a pas changé. Il s’est même musclé, Ainhoa Holzer et Addison Richards peuvent en témoigner. En fin de premier et de deuxième quart, les deux joueuses ont concédé des pertes de balle pour le moins évitables. Des errances que leur coach a eu de la peine à digérer puisqu’il a procédé à un recadrage individuel durant la totalité des deux temps-morts qui ont suivi. A noter que sur le banc opposé, Romain Gaspoz a lui aussi été très... vocal. Mais un peu plus diplomate.

La différence: Elfic ne connaît pas la dépendance

Comment contrer une équipe qui possède, à tout moment sur le terrain, cinq joueuses capables de faire la différence? Face à cette question, le BBC Troistorrents – comme l’entier de ses collègues de SB League Women – est resté sans réponse. Après seulement un quart, l’ensemble du cinq de base fribourgeois avait déjà trouvé le chemin du cercle. Que ce soit sous le panier grâce à l’interminable Fogg ou hors de la raquette grâce à l’adresse de Koenen ou Fora, Elfic a (presque) toujours trouvé la solution, et ce malgré l’agressivité de la défense des visiteuses. «On savait à quoi s’attendre, mais on y était prêt», analyse José Gonzalez Dantas. «On a réussi l’entame que l’on voulait, mais tout s’est compliqué ensuite.» Offensivement, les Bas-Valaisannes ont quant à elles affiché une trop grande dépendance à leur trio d’étrangères. Une différence qui pointait le bout de son nez après dix minutes de jeu déjà: au niveau des Suissesses Troistorrents comptait deux points (grâce à un panier d’Holzer sur le buzzer), Fribourg dix.

Le couac: une deuxième mi-temps à jeter

Il y avait sans doute de la fatigue, beaucoup de fatigue. Mais pas uniquement. Car après avoir livré une première mi-temps tout à fait honorable, les Chablaisiennes se sont littéralement effondrées collectivement durant les vingt minutes suivantes. «On a arrêté d’y croire», soupire leur entraîneur. «Sans doute les filles étaient-elles fatiguées face à une équipe plus puissante, plus grande et plus rapide, mais on ne devait pas abandonner pour autant.» Cet «abandon» s’est notamment matérialisé dans les innombrables pertes de balle des visiteuses.

La performance: Katia Clément a toujours le feu

Certes, à 35 ans, Katia Clément n’aligne plus les minutes de jeu avec autant de facilité que par le passé. Mais, elle a prouvé, dès son entrée en jeu, qu’elle avait encore autre chose que son leadership a apporté à une équipe. Ce soupçon de combativité supplémentaire et cette expérience lui ont permis non seulement de marquer six points durant le seul deuxième quart, mais aussi de récupérer passablement de ballons. En prime, elle a été l’unique Chorgue qui est parvenue à contourner les 1 m 96 de son ancienne coéquipière, Abigail Fogg.

Le Nouvelliste - Adrien Delèze

Full game

Auftaktniederlage im Halbfinal

Noch so ein Spiel und die Basketball-Saison endet vorzeitig

Die Frauen aus dem Basketballclub Winterthur haben das erste Playoff-Halbfinal-Spiel verloren - und stehen am Freitag gegen Hélios mit dem Rücken zur Wand.

So schnell kann es gehen. Am 20. März gewannen die Winterthurer Basketballerinnen gegen Hélios noch mit 44 Punkten Differenz. Am Mittwoch aber, in der ersten Begegnung der Playoff-Halbfinal-Serie, die im Modus best-of-three ausgetragen wird, liess sich die Auswahl aus dem BCW überraschen und unterlag demselben Gegner zu Hause mit 68:79. Überragende Spielerin: Brittany Dinkins, die für Hélios 37 Punkte warf, davon 18 von der Drei-Punkte-Linie, und noch dazu 9 Assists zu Körben ihrer Teamkolleginnen gab. «Wenn sie so spielt wie heute, ist es schwierig sie zu stoppen», analysierte Winterthurs Trainer Valter Montini nach der Schlusssirene. Aber Dinkins spielt, glücklicherweise für den BCW, nicht immer so.

Nur 26 Punkte in der ersten Halbzeit

Auch für den BCW gilt: Hoffentlich spielt das Team am Freitag nicht auch so. Sonst endet die Saison vorzeitig. «Wir müssen wieder zurückfinden zu unserem normalen Offensivspiel», weiss Montini. «68 Punkte sind zu wenig, um zu gewinnen.» In der ersten Halbzeit gelangen dem BCW sogar nur 26 Punkte. Ein Drei-Punkte-Treffer aus 15 Versuchen und nur zwei Punkte aus Gegenstössen: Da waren die Winterthurerinnen schon viel besser. «Wir waren mit unseren Pick and Rolls nicht gefährlich», hat Valter Montini beobachtet. «Und wir haben es in der Verteidigung nicht geschafft, Fehler beim Gegner zu provozieren.» Olha Yatskovets und Ameryst Alston warfen zwar 40 Punkte. «Aber wir waren zu individuell unterwegs und zu wenig als Team.» Trotzdem lagen die Winterthurerinnen nach 10-Punkte-Seitenwechsel-Rückstand im dritten Viertel plötzlich 53:50 in Führung.

Die Folge von zwei Wochen ohne Gegenwehr

«Aber dann verloren wir die Kontrolle und die nächsten eineinhalb Minuten 0:7», seufzt Valter Montini. Das Team wirkte verkrampft. «Vielleicht haben ein paar Spielerinnen tatsächlich die Wichtigkeit mancher Würfe gespürt», mutmasst Montini. «Wir sind an der Physis von Hélios gescheitert. Das war eine Gefahr der letzten zwei Wochen: Dass wir da keine Gegenwehr hatten.» In den Spielen der Playoff-Viertelfinal-Serie hatten die Winterthurerinnen gegen Pully mit 95 und 109 Punkten Vorsprung gesiegt. «Nun waren wir nicht aggressiv genug.»

Der Landbote - Stefan Kleiser

Full game

Stay
tuned!
Follow Us
Main partners
Official suppliers
Media partners
2021 © Swiss Basketball