Menu

News Center

Leagues SB League 07.04.2021

SB League : Game recap day 23

Ein 23. Tag, der den wichtigen Erfolg von Spinelli Massagno von Ausgang der Quarantäne zu Hause gegen Union Neuchâtel Basket sah.Damit behauptet der Tessiner Zweite seinen 4-Punkte-Vorsprung in der Tabelle vor einem Fribourg Olympic, das in der St. Leonard-Halle gegen die Lugano Tigers gewann, ohne wirklich voll zu überzeugen. Die Lions de Genève vermieden dank eines sehr guten Starts einen Ausrutscher der Starwings Baskets, die in den letzten Wochen gute Leistungen gezeigt hatten. Zweiter Erfolg in Folge für den BBC Monthey-Chablais, der in der Halle Reposieux den BBC Nyon dominierte und mit diesem Sieg auf den 5. Platz in der Rangliste kletterte.

L’Union Neuchâtel Basket non è riuscito a tornare vittorioso dalla sua trasferta in Ticino in questo weekend pasquale, inchinandosi sul campo della Spinelli Massagno. I neocastellani sono stati nettamente dominati da una squadra ticinese che usciva dalla quarantena e che doveva pure fare i conti con l’assenza di Marko Mladjan. Una sconfitta che pone fine ad una striscia di 3 successi di fila per gli uomini di Mitar Trivunovic, i quali faticano ancora a trovare la quadratura del cerchio. Il quarto posto al termine della fase preliminare è assicurato ma sarà necessario cambiare marcia in vista dei playoffs, l’ultima competizione dove possono ancora dimostrare qualcosa. Una vittoria importante per i ticinesi, che possono mantenere il secondo posto in attesa del derby di mercoledì. Inizio di partita abbastanza equilibrato tra la due formazioni, prima che gli uomini di Robbi Gubitosa scavassero un primo vantaggio grazie ad un parziale di 7 a 0, facendo passare il punteggio dal 13 a 14 al 20 a 14. Al termine del primo quarto il risultato era di 24 a 20. Solamente due punti segnati in 5 minuti dai neocastellani all’inizio del secondo quarto, con lo scarto che è salito a 10 lunghezze. 44 a 33 alla pausa. Gli ospiti sono tornati sotto la barriera dei 10 punti di svantaggio, prima che Dusan Mladjan spegnesse la loro rimonta con due triple consecutive (58 a 42 al 27esimo). Il colpo di grazia per gli uomini di Mitar Trivunovic è arrivato con il buzzer dalla sua metà campo di Isaiah Williams, il quale ha dato 18 lunghezze di vantaggio ai suoi prima del money-time (65 a 47). I ticinesi hanno poi gestito senza troppi problemi il risultato fino al termine della partita, vinta per 85 a 64. Una squadra neocastellana che è stata dominata in termini di percentuale (26 su 65 contro 34 su 62). Per gli ospiti, da segnalare i 14 pts, 6 rbds di Xavier Ford, i 12 pts, 8 rbds di Eric Carter, i 13 pts, 5 rbds, 2 ass di Vernon Taylor e gli 11 pts, 2 ass, 2 stl di Selim Fofana. I migliori per i ticinesi: Westher Molteni, 10 pts, 5 rbds, 6 ass, Dusan Mladjan, 21 pts, 1 ass, Maodo Nguirane, 10 pts, 9 rbds, 2 ass e Eric Nottage, 15 pts, 5 rbds, 4 ass.

Full game

Je kleiner das Team, je feiner spielen die «Wings» auf

Die Starwings verloren gegen den Tabellenführer und Titelfavoriten Les Lions de Genève achtungs- und ehrenvoll mit 73:89 (32:46).

Auch in der zweiwöchigen Meisterschaftspause (wegen Nationalteam und Liga-Po­kal) bleibt das Pech den Starwings treu. Gegen Genf fehlte der senegalesische Cen­ter Cheiks Sane und Rohdiamant Yafet Haile und Vid Milenkovic gingen verletzt in die Partie.

Im Normalfall besteht ein Basketball-Team aus zwölf Akteuren, welche das Matchblatt zieren. Bei den Starwings waren es noch acht Akteure; davon zwei Spieler, die im Normalfall wohl pausiert hätten, weil sie Bänderverletzungen erlitten haben. Weil nun Sane neu ausfällt (nebst den bekannten Dauerverletzten und Rücktritten), konnte Starwings-Cheftrainer Dra­gan Andrejevic auf den Ausländerpositionen keine Rotation vornehmen. Auf der Bank sass noch Rückkehrer Sébastien Davet (23) und zwei Junioren. Von diesen acht Akteuren sind sechs «Rookies», die erstmals in der Nationalliga A spielen. Nur der 24-jährige US-Profi Nathan Krill (ein Jahr in Holland) und besagter Davet sind «routiniert».

Weltauswahl und Nationalteam

Genf kam auch «nur» mit drei Ausländern. Ihr amerikanischer Center, Eric Adams (25, 203cm) hat sich verletzt – und fällt bis zum Saisonende aus. Und so präsentierten sich die Löwen, die national fast alles fressen in Birsfelden: Drei hochkarätige Auslän­der und zwei Schweizer Nationalspieler. Von der Bank kamen? Vier Nationalspieler – dar­unter Israel-Rückkehrer Natan Jurkovitz, der im Monat mehr kostet als das US-Profi-Trio der Birsfelder. Der 10. Mann ist ein Franzose mit Schweizer Lizenz (Mikaël Maruotto, 30, 201 cm)). Der 11. Akteur ist ein Eigenwächs, doch Mohamed Chabouh (18) kam nicht zum Einsatz, weil «der Vorsprung zu knapp war». Bei den Starwings wäre er eine Nachwuchs-Grösse.

Milon war ein Totalausfall

Deondre Burns bewies, trotz einigen Aussetzern, dass er im Genfer Star-Ensemble auch eine Grösse wäre. Dieser Mann muss aber nicht zu den Les Lions de Genève wechseln – Europa wartet auf ihn. Nathan Krill hat ein irres Potenzial – doch der Mann, der in den Nie­derlanden Vize-Meister wurde, schafft es nicht, konstant auf seinem Level zu spielen. Matthew Milon war nicht präsent – bis zur 36. Minute wies er null Punkte auf. Er stolperte herum, er machte technische Fehler (Schrittfehler), ballerte den Ball herum, machte stupide Fouls (drei nach 16 Minuten – und dies im Wissen, dass der Trainer keine Alternativen hat) und beim Freiwurf produzierte er einen «Airball». Aber eigentlich ist dieser smarte College-Boy der beste Distanzwerfer der Liga…

Schweizer Jungs als Lichtblicke

Ein Lichtblick sind die Schweizer Akteure. Und die beiden Jungs, Janis Pausa (spielt übri­gens für die dänische U19-Nationalmannschaft, weil die Schweizer kein Interesse an ihm hatten) und Zaid Waibel (19). Yafet Haile ist ein Rohdiamant und wird langsam zum Juwel. Auch wenn Sane wieder einsatzbereit sein soll­te. Er kann von ihm zumindest Center-Bewegungen, Täuschungen und ein feines Ballgefühl «lernen». Vid Milenkovic, der mit 25 Jahren erstmals in der Nationalliga A spielt, ist die Saison-Trou­vaille schlechthin. Und zu allem Pech verletzte sich Davet in der 24. Minute (die Genfer nennen ihre Art zu verteidigen «international», die meisten Rivalen bezeichnen sie als rus­tikal bis gemein-gefährlich) und brauchte zehn Minuten, bis er wieder angeschlagen aufs Feld zurückkehrte. Und trotzdem schaffte es «dieser letzte Rest» einer einst intakten Mannschaft, zeitweise nur mit neun bis 12 Punkten im Rückstand zu liegen. Aber das Skore ist absolut neben­sächlich und marginal. Nach dem ersten Viertel stand es 11:26 – und hätten die Genfer, die über ein grosses «Selbstbewusstein» verfügen, voll durchgespielt – die Niederlage hätte wohl auch höher ausfallen können.

Starwings Basket - Jordi Küng

Full game

Highlight

«Nous sommes trop gentils»

Difficile vainqueur de Lugano, Olympic peine décidément à trouver la bonne carburation cette saison

En ce week-end pascal, l’heure n’était pas à la fête pour l’entraîneur du Fribourg Olympic Petar Aleksic, malgré la victoire des siens samedi face aux Lugano Tigers. «Nous sommes bons en attaque, mais nous manquons d’exécution en défense. Nous sommes trop gentils. Ce constat est valable pour pratiquement tous nos matches», regrette le technicien helvético-monténégrin. Le score final aux allures de NBA en témoigne: 109-91. Les Olympiens ont bien manqué de mordant défensif samedi. Nul doute toutefois que ce véritable festival offensif aurait été apprécié des spectateurs, dont l’absence pèse dans les travées bien silencieuses de la salle Saint-Léonard.

Une affaire de mental

Pourtant largement supérieurs en nombre, les Fribourgeois, toujours privés de Sean Barnette, ménagé en raison d’adducteurs douloureux, ont souffert face aux Tessinois et leur courte rotation. Depuis les départs en cours de saison de l’ailier américain Elijah Minnie et de l’ancien Olympien Axel Louissaint, le Tigre luganais, qui n’alignait que quatre «pros samedi», est une espèce en voie d’extinction. Pour le coach fribourgeois, les difficultés des siens, y compris contre des équipes de milieu de classement, prennent source dans la tête: «Nous ne sommes jamais à 100% concentrés sur le match…» soupire Aleksic. La preuve? Aux lancers francs, un exercice dans lequel tout ou presque est affaire de mental. Avec seulement 52% de réussite, les Fribourgeois ont encore une fois montré leurs lacunes dans ce domaine. Ces derniers temps, Petar Aleksic a beau tourner et retourner son cinq de base, il peine à trouver la combinaison parfaite et la juste intensité. Il s’en remet désormais à ses joueurs. «Certains ont vraiment besoin d’élever leur niveau de jeu et de prendre leurs responsabilités. Je pense en particulier aux étrangers, qui ne sont pas dominants dans cette ligue. J’en attends vraiment plus», somme le technicien. Si les mots du coach sont durs, c’est qu’à l’approche d’importantes échéances – la demi-finale de la Coupe de Suisse demain à Bâle et les matches contre les Lions de Genève samedi, puis SAM Massagno le week-end suivant – une réaction de Dominic Morris et des autres leaders présumés est nécessaire. L’entraîneur le sait, lui qui en compte sept avec Olympic: les titres se gagnent en défense. «Je travaille énormément pour que nous progressions au niveau de la dureté, car c’est ce qui faisait notre force. Sur chaque geste, nous devons un peu plus nous sacrifier pour l’équipe», insiste Aleksic. Lorsque la situation était encore critique samedi (72-71, 28e), Marquis Jackson (17 points, 8 assists) et les Suisses ont justement sonné la révolte, en infligeant à leurs adversaires un partiel de 20-4, lors duquel Paul Gravet (14 pts, 8 rbds, 5 assists) s’est montré essentiel. Arnaud Cotture, élu homme du match, et Robert Zinn ont eux aussi joué un rôle prépondérant en fin de rencontre. Et alors que tout le monde regagnait le vestiaire, le capitaine Boris Mbala (13 pts, 7 rbds), accompagné du jeune Joanis Maquiesse, jouait comme souvent les prolongations avec une séance de tirs sur le parquet de Saint-Léonard. L’envie est là. L’attaque tourne bien. Reste à adopter la bonne attitude en défense.

La Liberté - Clara Francey

Full game

Highlight

Le BBC Monthey-Chablais enchaîne face à Nyon

Hors rythme en première mi-temps, les Sangliers ajustent leurs standards au retour des vestiaires et s’imposent sans trembler 79-66 face au BBC Nyon.

Après le festival offensif du week-end dernier à Lugano, les Montheysans se sont frottés à une tout autre réalité. Victimes du faux rythme imposé par les visiteurs en première mi-temps, les hommes de Pembele ont su accélérer durant les vingt minutes suivantes. Bien plus agressifs et convaincants défensivement, ils se montraient plus tranchants et surtout précis sous le panier adverse. Ils obtiennent finalement un succès mérité 79 à 66, le deuxième de rang.

Le couac: une adresse qui dégringole

Certes, les Montheysans avaient conscience que maintenir l’adresse affolante – selon le terme choisi par leur coach – de leur dernière sortie serait une Mission impossible. Mais sans doute n’imaginaient-ils pas pareille dégringolade. Alors que les Sangliers avaient converti 68,6% de leurs shoots lors de la première mi-temps à Lugano, ils affichaient un 38% d’adresse globale à l’heure de rejoindre les vestiaires sept jours plus tard. Le fameux 7 sur 7 réussi par Vincent Bailey au Tessin se transformait en un beaucoup moins reluisant 3 sur 9. Une défaillance qui contaminait l’ensemble de l’effectif chablaisien puisque après vingt minutes de jeu, aucun d’entre eux n’affichait plus de 50% d’adresse. «38%, ce n’est pas catastrophique, mais en jouant sur un faux rythme, il fallait s’y attendre. Notre deuxième mi-temps a été bien plus intéressante», souligne Patrick Pembele, entraîneur des locaux.

La différence: en deuxième mi-temps, Monthey a imposé son rythme

A de très nombreuses reprises cette saison, les Sangliers changeaient de visage d’une mi-temps à l’autre. Souvent, celui-ci était plus convaincant avant la pause, mais cette fois-ci, la logique s’est inversée. Sous l’impulsion d’un Marlon Kessler omniprésent comme jamais, autant offensivement que défensivement, le «BBCM» semblait déjà avoir fait le plus dur en trois petites minutes en amenant l’écart à +8 (41-33). «On voulait vraiment montrer autre chose qu’en première mi-temps. Avec plus d’agressivité offensive et défensive, on a réussi à faire basculer le match et à se remettre dans notre rythme», analyse Marlon Kessler. Durant ces vingt minutes, les pensionnaires du Reposieux n’ont vécu qu’un petit «flop» en début de quatrième quart, lorsque Galloway obtenait quelques minutes de repos sur le banc. «Ils ont alterné entre défense de zone et individuelle, on aurait dû mieux s’adapter à ce changement», complète Patrick Pembele.

La satisfaction: les Suisses décisifs

Les paniers importants, ceux qui ont coupé les espoirs de retour nyonnais, ce sont eux qui les ont mis. Que ce soit Victor Desponds, Marlon Kessler ou Thomas Salman, la – jeune – garde helvétique des Montheysans a su ajuster la mire quand il le fallait. «Il faudra une confirmation, mais je pense que l’on récupère gentiment les fruits du travail effectué cette saison et des minutes qu’ils ont dans les jambes», savoure leur entraîneur. «On a su mettre nos tirs ouverts et c’est clair que ça nous fait du bien», ajoute Marlon Kessler. Et ils ont surtout fait du bien à leur équipe.

Le geste: Timberlake tente l’auto-assist

Du haut de ses 37 ans, Chad Timberlake a conservé son âme d’enfant et cela se voit d’autant plus lorsqu’il a un ballon entre les mains. Lors d’une remise en jeu, le capitaine montheysan a tenté avec beaucoup de malice et un peu d’audace de s’offrir un assist à lui-même. Profitant du remue-ménage ambiant sous le panier nyonnais, il a propulsé, en douceur, la balle sur le dos d’Amir Williams. Il ne lui a malheureusement manqué qu’une phalange pour récupérer son bien, mais Zoccoletti a été le plus prompt. Il n’empêche que la créativité de l’Américain aurait sans doute mérité d’être récompensée par deux points.

Le Nouvelliste - Adrien Delèze

Un revers avant la Coupe

Quatre jours avant leur demi-finale de Coupe de Suisse face aux Lions de Genève, les Nyonnais sont allés s’incliner 79-66 à Monthey.

A quatre jours de leur demi-finale de Coupe de Suisse, les Nyonnais se sont rendus samedi chez le BBC Monthey-Chablais dans l’espoir de décrocher un troisième succès cette saison en championnat. Au coude à coude avec les Valaisans durant les trois-quarts de la rencontre, les pensionnaires du Rocher ont payé comptant une fin de troisième quart-temps manqué (79-66). Bien entré dans la partie, le BBC Nyon a fait la course en tête durant la majeure partie du quart initial, avant de tenir tête à ses hôtes au cours d’une deuxième période acharnée, conclue avec un seul point d’avance pour les hôtes du jour (32-31). Distancés en cours de troisième période, les protégés d’Alain Attallah étaient parvenus à recoller à deux points à six minutes de la sirène, avant de concéder un sévère 17-6. Les visiteurs sont parvenus à redresser la barre lors de l’ultime quart-temps (19-19), mais le mal était fait.

La Côte

Full game

Highlight

Stay
tuned!
Follow Us
Main partners
Official suppliers
Media partners
2021 © Swiss Basketball